Des chercheurs français s’approprient des savoirs guyanais ancestraux.

jeudi 11 février 2016
par  M.C.

Alors que le Sénat examine en ce moment même un projet de loi visant à protéger la biodiversité et les savoirs traditionnels, nous dénonçons les pratiques peu éthiques de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) qui s’est appuyé sur des connaissances traditionnelles de communautés autochtones et locales en Guyane pour déposer un brevet en lien avec une plante guyanaise. Celui-ci confèrerait à l’institut un monopole d’exploitation commerciale sans reconnaitre l’apport et les droits des populations guyanaises ayant participé au projet de recherche. Cette pratique est à la fois immorale et contraire aux règles de la propriété intellectuelle, c’est pourquoi nous déposons une opposition devant l’Office Européen des Brevets.
Lire la suite ici :
http://www.france-libertes.org/Des-chercheurs-francais-biopiraterie.html?utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter%20de%20Fvrier%202016&utm_content=Newsletter%20de%20Fvrier%202016+CID_c6998135aaf0d10323eaf089bbe75d2d&utm_source=Campagnes%20Emails&utm_term=Lire%20la%20suite

Auteurs de l’article : France Libertés et Thomas Burelli