Enquête. Pesticides : du poison dans nos assiettes ?

mardi 24 mai 2016
par  M.C.

http://www.courrierinternational.com/article/enquete-pesticides-du-poison-dans-nos-assiettes

Un jour du mois de mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a rendu un avis. Après un examen approfondi des études scientifiques existantes, il est arrivé à la conclusion que le glyphosate était “probablement cancérigène”. (...)
Peu de temps après, à Berlin, le Bundesinstitut für Risikobewertung (BfR), Institut fédéral pour l’évaluation des risques, rendait à son tour son avis : le glyphosate n’est “pas cancérigène”. Et à la mi-novembre l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Aesa), qui siège en Italie, à Parme, se rangeait à ce jugement : le glyphosate n’est “probablement pas cancérigène”. (...)

Ce jour-là, dans son laboratoire, Hans-Wolfgang Hoppe me raconte une série d’histoires dans lesquelles les décisions sont arrivées trop tard. Une nouvelle substance chimique fait son apparition. Les premiers signaux d’alarme résonnent dans le vide. Ce n’est que quand des personnes tombent gravement malades que les scientifiques commencent à étudier en profondeur ses mécanismes d’action. Une interdiction finit par arriver, mais elle aurait pu être décidée bien plus tôt. (...)

La question est maintenant la suivante : comment se fait-il que l’Institut fédéral pour l’évaluation des risques (BfR) et l’Autorité européenne de sécurité des aliments soient parvenus à la conclusion contraire ? Rappelons que dans son évaluation l’Aesa s’appuie largement sur un rapport du BfR (….)
Le rapport du BfR sur un possible effet toxique du glyphosate ne fait pas moins de 947 pages. On s’attend à une étude d’une impressionnante minutie. En y regardant de plus près, on s’aperçoit que l’auteur du rapport n’est pas le BfR, mais la Glyphosate Task Force – le Groupe de travail sur le glyphosate. On s’attend cette fois à un comité interdisciplinaire, mais c’est encore une erreur. La Glyphosate Task Force est composée des fabricants de produits phytosanitaires, et plus précisément des entreprises qui ont déposé des demandes pour avoir le droit de commercialiser le glyphosate dans l’Union européenne.

A lire ici :
http://www.courrierinternational.com/article/enquete-pesticides-du-poison-dans-nos-assiettes